De Klaaine Prins

Avez-vous déjà envisagé de lire
« Le Petit Prince » de Saint-Exupéry …
en brussels vloms ?

Aujourd’hui, c’est possible, grâce aux éditions Tintenfass,
au CROMBEL / micRomania (*) 

et à ma traduction.
 
« Le Petit Prince », alliance de charme, de poésie et de profondeur humaniste, connu dans le monde entier, fait l’objet d’une incroyable collection de traductions ; le catalogue global, tous éditeurs confondus, dépasse les 300 variantes !
 
En ces temps de confinement, le message central du « Petit Prince » prend toute sa portée : l’amitié, l’amour, l’humain, le moment partagé sont plus importants que l’argent, le pouvoir et l’obéissance sans réflexion. Un message fondamental que l’on relaie aujourd’hui et que l’on oubliera peut-être un peu vite par après.
 

ISBN 978-3-947994-51-9  (92 pages)  16,-€  (+ frais de port 4,50€)

 (*) CROMBEL / micRomania est une asbl conventionnée avec la Fédération Wallonie-Bruxelles en matière d’éditions en langues régionales

De Klaaine Prins - Prospectus

Le commentaire de Joske Maelbeek

Tout enfoncé dans mes babbelderaae, je n'ai même pas lu ta dédicace hier.

Je l'ai donc savourée dans " monôme" (comme disent les mathématiciens) et je te remercie pour le beau compliment que tu m'as fait. Tu as eu de plus une très belle formule pour qualifier ce petit prince. Tes livres se suivent et je suis heureux d'avoir été un des éléments de déclenchement de cette magnifique machinerie bruxelloise que tu mets à présent en place. J'ai eu la même chose, il faut un départ, mes textes auraient pu tout aussi bien rester dans mes tiroirs sans quelques rencontres et encouragements. Ce qui, à mon sens, n'est pas ton cas. Tôt ou tard, tu aurais fait parler de toi. Tu as l'énergie, les idées, un sens scrupuleux de l'analyse qui auraient payé de toute façon. Je t'ai peut-être fait gagner quelques mois tout au plus.

Doet mo voech, le champ bruxellois est large et je suis sûr que bien d'autres idées te trottent bruxelloisement en tête !! Là, tu as touché au classique des classiques et il y aura des retombées, j'en suis certain.

Bien amicalement,
Joske

Joske MAELBEEK est un incontournable de nos activités bruxelloises. Vous retrouverez ses livres, notamment ici : http://www.science-zwanze.be/432416898

 

Le commentaire de Georges Roland

De mon côté, je finissais de lire De Klaaine Prins (je lis ça moins vite que du français, newo) et c'est un vrai bijou. Bien sûr il y a l'histoire, savoureuse, mais l'interprétation en une langue dialectale lui donne encore plus de saveur. J'ai non seulement bien ri, mais j'ai redécouvert des termes oubliés: op zeuk no kikskes (magnifique), loenke (que je n'ai jamais utilisé mais qui était fréquent dans le patois de mes cousins) et puis, surtout vedroem que je n'ai jamais entendu que dans la bouche de mon grand père et parrain d'Essene (Ternat) et dont il faisait un usage à tout bout de phrase, ou presque, et que je ne comprenais pas alors. 

Vraiment chapeau pour cette adaptation très réussie.
Roland

Georges ROLAND est un auteur bien connu de nos activités bruxelloises. Vous retrouverez ses livres, notamment ici : http://www.science-zwanze.be/421458399

La disparition de Saint-Exupéry : son avion surgit des flots

Les restes délabrés d'un vieil avion de la seconde guerre mondiale, retrouvés dans les profondeurs de la Méditerranée, éclairent d'une lumière nouvelle la mystérieuse disparition de Saint-Exupéry. Mais il aura fallu se battre pour que cet avion, celui que pilotait l'écrivain et aviateur le jour où il s'est éteint, révèle son lourd secret. Philippe Castellano, qui a identifié l'appareil, revient sur cette affaire pleine de rebondissements.

Voir sur https://www.futura-sciences.com/sciences/videos/disparition-saint-exupery-son-avion-surgit-flots-5492/#xtor=EPR-17-[HEBDO]-20200713-[ACTU-La-disparition-de-Saint-Exupery-:-son-avion-surgit-des-flots] 

Jean-Jacques

Chapitre 1

As ek min of mier zes joêr aad was, veel ‘k op nen dag op e schuu billeke, in den boek “Echte Veroêle”: da goenk ouver et oorwoud, allei la forêt vierge vè de puriste, en da billeke tundege nen boa constrictor dee ‘n wulle biest on ‘t inslikke was. Da zag er à peu près zu ôit. 

En er stond geschreive: “Den boa constrictor slikt zaainen diner giel binne, zonder zëlfs iene ki te knabbele. Après ça kan em ne mi boezjeire en moot ‘m al sloêpend verteire, zes moind on e stuk”. ‘k Em er nog dikkes op gepaaisd op dat avontuur in de jungle, en mè ne krejong (ne kluirekrejong) main ieste tiekeningske gemokt: 

Ik tundege da pronkstuk on gruute mense en vreeg uilen of da z’er schrik van aan.
z’Antwoudege: “Woeroem zoê‘k na benaat moote zaain va nen ood?”
Mo maainen desseng, da was gienen ood… mo wel nen boa constrictor dee nen oulefant on t’ verteire was! Dan emmek mo ‘t binnenste van daan boa geteikend, vè da de gruute mense da zon kunne verstoên; ge moet uile ècht alles explikeire! Main twidde tiekening was dus:

‘t Ienegst encouragement da’k kreig was va ma te zegge da’k main dessengskes van boas, vanbinnen of vanbôite, mocht loête valle, en da’k ma beiter zoê occupeire mè géographie, gescheedenis, calcul en toêle! Kunt et geluuve? Oem zes joêr was maain carrièreas artist al no de vontsjes! Tiekening nummero 1 en nummero 2, da was vè uile krot en compagnie. De gruute mense, dee verstoên naa toch echt nikske, newo; kadeie mooten uilen altaaid alles en vanêr mo ôitleggen en erôitlegge, en da’s fatigant…

‘k Zaain dan mo nen anderen avenir goên zeuke: ik ben pilote de ligne gewëdde. Zu zaain ek wat ouveral goên vleege, en géographie dat ei ma wel vuil gëlpe: ‘t verschil kunne moêke tusse Cheena en Arizona, da was ketsjespel vè mai, en da kan goo va pas kommen as ge verloore lupt in de doenkere. En zu emmek dan van alle serieuze mense liere kenne. ‘k Em langen taaid tusse volwassene mense geleifd en vuil importante zoêkes van uile gelied. Mo zegge da’k z’interessant vond, da’s wat anders!

A’k er ienen teigekwam dee d’er wa minder stoem ôitzag as Monsieur Toulmonde, tundege ‘k em main ieste tiekening, da‘k altaaid op zak aa. Ik waa weite of da daan gust da zoê kunne verstoên. Mo ‘k en aa nuut gien sjâns, ‘t was altaaid ‘t zëlfde leeke: “Awel, da’s toch nen ood!”. Dan leet ek et mo leever valle, main istourekes ouver boas constrictors, jungleof steire. Ik sprak dan nog allien ouver bridge, golf, poleteek of cravatte. En daan gruute mens vond ‘t presees tof mè zu ne verstandege kadei as ‘k ik, te kunne raisonneire.

En toon kwam de vos opdôike...

“Bonjour, zaa de vos.
–  Bonjour, zaa de Klaaine Prins beleifd. Ei drôiden em oem mo zag niks.
–  Ee ben ‘k, onder den appelêr, zaa de stem.
–  Wee zaaije gaa? vreeg le Petit Prince. Ge zeet er zu magnefeek ôit...
–  Ik zaain ne vos, zaa de vos.
–  Komde mè maai mei speile? proposeidege de Klaaine Prins, ik veul ma zu tristeg...
–  Oe kan ek ik naa meispeile, zaa de vos? Ik zaain ni gapprivoiseid.
–  Oh, pardon”, zaa de Klaaine Prins.

Mo ei erpakten em:
“Wa betiekend da «gapprivoiseid»?
–  Gaai komt ee presees ni van achter ‘t krôispunt, zaa de vos; wa zukt ee?
–  Ik probeir mense te vinne, zaa de Klaaine Prins. Wa betiekend da «gapprivoiseid»?
–  De mense, zaa de vos, dee emme geweire en ze joêge. Da’s vriedeg ambetant! Z’emmen uuk keekene; da’s ‘t ienegsten interessant bè uile. Zeie gaai uuk op zeuk no kikskes?
–  Neie, zaa de Klaaine Prins. Ik zaain op zeuk no kameroête. Wa betiekend da «gapprivoiseid»?
–  Da’s en al lang vergeite woud, explikeidege de vos. Da betiekent «ne link creëre».
–  Ne link creëre...?
–  Exactement, zaa de vos. Gaai zaai vè maai mo ne klaaine ket, zjust gelak al d’andere kadeie. En ik em aa ni vandoon. En ik zaain, vè aa, nen duudgewuune vos gelak er deuzende rondluupe. Mo as ge ma apprivoiseit, dan kunne me ne mi den iene zonder den andere. Dan wëdde gaa, vè maa, unique opde weireld en ikke, unique vè aa...
–  Ik paais da’k et vast em, zaa de Klaaine Prins. Doê es ’n bloem dee ma serieus gapprivoiseid moot emme...
–  Da kan, zaa de vos. Ge zee vanalles op de weireld den dag va vandoêg...
–  Oh, mo da’s ee ni, ni op d’Eirde” zaa de Klaaine Prins.

De vos bezag mè boluuge:
“Op ‘n ander planeit?
–  Juste!
–  Zaain er doê uuk chasseurs, op dei planeit?
–  Neie.
–  Da’s tof! En kikskes?
–  Uuk ni.
–  Lap, ‘k em weial praais”, zuchtte de vos.